Poster un commentaire

Happy new year : lorsque l’écran devient vitrine

Happy new year : lorsque l’écran devient vitrine

Image

A l’occasion de la sortie de l’anecdotique Happy New Year, la rédaction d’Ecran Large vous propose un rapide tour d’horizon forcément non exhaustif des plus beaux castings de l’histoire du septième art. Point d’exigence qualitative pour apparaitre dans ces lignes donc, un seul mot d’ordre : de la distribution 4 étoiles !

Le film de Garry Marshall sortant sur les écrans le 21 décembre propose en effet une affiche assez hallucinante. Voyez-donc par vous-même : Katherine Heigl, Robert De Niro, Ashton Kutcher, Sarah Jessica Parker, Halle Berry, Zac Efron, Hilary Swank, Michelle Pfeiffer, Jessica Biel, Carla Gugino (sacré paquet de canons!), Sienna Miller etc.

L’occasion était donc trop alléchante de revenir sur quelques-unes des plus belles affiches depuis la création du cinéma.

La French Touch : le prétexte chouchou de l’hexagone

Une fois n’est pas coutume, débutons ce tour d’horizon avec nos cinéastes ayant mis un point d’orgue à faire danser les salles obscures au rythme d’apparitions d’étoiles hexagonales.

Paris brûle-t-il ? fait office de réfèrent en la matière. Apparu sur les écrans français le 26 octobre 1966, le film de René Clement réussit l’exploit de réunir à l’écran : Jean Paul Belmondo, Alain Delon, Kirk Douglas, Orson Welles, Simone Signoret, Bruno Cremer, Michel Piccoli, Jean-Pierre Cassel, Yves Montand, Anthony Perkins ou Jean-Louis Trintignant. Au-delà donc d’un film inégal, reste un souffle d’ivresse ressenti au moment de sa sortie.

A ce patriarche inégalé succédera tout de même un classique authentique : Papy fait de la résistance.

Le 26 octobre 1983 verra effectivement se jouer le sort d’une France sous l’occupation sous les oripeaux des plus grandes stars de l’époque. En plus de toute la célèbre équipe du splendid (Jugnot, Clavier etc.), Jean Marie Poiré se paient le luxe d’y adjoindre les trognes inoubliables de Jean Yanne, Jacqueline Maillan ou Jean Carmet. Instantanément culte !

Plus proche de nous, Uranus fait office de parfait prétexte à tel dossier. Citant sans gêne le film précité, le métrage de Claude Berri semble avoir été mis en chantier pour le simple fait d’y présenter la plus définitive des brochettes. Michel Blanc, Jean-Pierre Marielle, Daniel Prévost, Gérard Depardieu, Philippe Noiret, Michel Galabru, Fabrice Luchini… Accordons-lui tout de même que ça a de la tronche !

Récemment Guillaume Canet semble être le plus à même à entreprendre ce genre de prestigieuses réunions. Avec Ne le dis à personne en 2006 tout d’abord, se donnaient la réplique : Jean Rochefort, François Cluzet, Nathalie Baye, Gilles Lellouche, François Berléand, Kristin Scott Thomas ou André Dussolier pour ne citer qu’eux. Plus récemment, Les Petits mouchoirs renchérît grâce à son florilège de trentenaires à succès : Marion Cotillard, Jean Dujardin, Benoît Magimel, Gilles lellouche ou Mathieu Chédid.

Nous pourrions également évoquer les adaptations cinématographiques des aventures d’Asterix qui, hormis l’hilarante partition d’Alain Chabat, ne parvint pas à dérider une audience consterné devant autant de talent gâché, Les Acteurs de Bertrand Blier, ou le vrai-faux documentaire Le bal des actrices et son alléchante affiche que je vous laisse le soin de déguster.

Tarantino vs Rodriguez : on a plein de potes et on vous le montre !

De True Romance à Pulp Fiction en passant par Kill Bill ou Reservoir Dogs, l’ex-loueur de vidéo autodidacte est passé maitre en l’art de réunir des castings aussi improbables qu’éblouissants.

Lorsqu’il scénarise ce premier pour Tony Scott, Tarantino se paie le luxe de voir illustrer ses écrits par la fine fleur des acteurs « indés » de l’époque. Christian Slater, Dennis Hopper, Gary Oldman, Christopher Walken, James Gandolfini, Tom Sizemore, Patricia Arquette, Brad Pitt, Chris Penn ou Samuel L Jackson, Oui, Pas mal pour un premier projet !

Il atteindra des cimes en tant que réalisateur dans tous ses projets suivants, le casting 4 étoiles étant l’une de ses marques de fabrique, et plus précisément avec Pulp Fiction, sans doute l’un des meilleurs films de cette fin de siècle dernier. Maria de Medeiros, Bruce Willis, John Travolta, Harvey Keitel, Steve Buscemi, Ving Rhames, Tim Roth ou Christopher Walken ne sont donc que quelques-unes des têtes d’affiches qui se disputent la première place de ce petit bijou d’écriture.

Autre réalisateur « décalé » semblant aujourd’hui surpasser l’avant-gardiste Quentin, Robert Rodriguez prouve qu’on peut réaliser de très bons films en composant avec une multitude de stars, pour peu que l’on sache les diriger et cohabiter pour un même projet.

Sin city avait déjà bluffé tout son petit monde avec son incroyable cast : Mickey Rourke, Rosario Dawson, Carla Gugino (ah Carla…), Bruce Willis, Michael Clarke Duncan, Benicio Del Toro, Jessica Alba, Clive Owen, Josh Harnett, Rutger Hauer, Michael Madsen… Le réalisateur se fera d’énormes plaisirs avec Planet Terror puis Machete : odes à la série B et monuments de bisserie ultra jouissifs. Dans ce dernier, Danny Trejo (habitué au casting de choix depuis le Heat de Michael Mann) cabotine comme jamais en compagnie d’autres « gueules »bien connues des aficionados : Steven Seagal, Robert de Niro, Jeff Fahey, Don Johnson, Lindsay Lohan, Jessica Alba ou Michelle Rodriguez pour les belles pépés…

Impossible enfin de ne pas évoquer la nouvelle figure du plaisir bis assumé et du bourrin qui tâche : Sly et sa mine patibulaire reviennent en effet en aout prochain pour une réunion de gros bras qui risque d’être encore plus devastatrice ! Déjà avec Copland, Sylvester Stallone goutait au plaisir de donner la réplique à de nombreux acteurs célèbres, il personnifie avec Expendables 2 le rêve de tous les lecteurs d’Impact et du cinéma d’action de la fin des 80’s. Sous la houlette de Simon West, Bruce Willis, Jean Claude Van Damme, Arnold Schwarzenegger, Dolph Lundgren, Jason Statham ou Chuck Norris échangeront donc des politesses dans ce futur monument de poésie et de lyrisme…

Nous pourrions tout aussi bien évoquer le bien nommé Celebrity de Woody Allen, Sleepers, Les Joueurs, J’adore Huckabees, Valentine’s Day, Panique à Hollywood, Magnolia, ou Collision que nous serions encore loin du compte.

Nous citerons toutefois l’inévitable trilogie du fade Steven Soderbergh : Ocean’s 11, 12 et 13, où le mythique Rat Pack se voit revisité sous les traits de Matt Damon, Brad Pitt ou George Clooney, et donnent la réplique à Andy Garcia, Vincent Cassel ou Al Pacino.

Le All-star cast, tradition américaine de filous producteurs, remonte en effet à la grande époque où les acteurs se voyaient liés par contrat à leur studio. Aucun problème d’agenda à l’horizon donc. Plus compliqué aujourd’hui, cette volonté de réunir sur une même affiche plusieurs visages célèbres a toutefois réussi à nous livrer son lot de pépites.

Quand tous regardent dans la même direction

Il arrive en effet que l’humilité reprenne ses droits et que toutes ces « vedettes » marchent dans la même direction. Inutile d’évoquer les grandes réussites que furent par exemple Les Incorruptibles ou la trilogie du Parrain. D’autres, peut-être un peu moins célèbres, n’ont pourtant pas à rougir de cohabiter en ces lignes.

Le Crime de l’Orient-Express de Sidney Lumet par exemple, référence incontournable de la littérature policière est une brillante adaptation cinématographique en plus d’un plateau de choix. La légende dit même que les stars se bousculèrent pour apparaitre au casting. Albert Finney, Sean Connery, Anthony Perkins, Vanessa Redgrave, l’électrique Lauren Bacall ou la magnifique Jacqueline Bisset servent ainsi un propos maitrisé faisant accéder le film au statut de modèle de polar à tiroirs.

Les Experts de Phil Alden Robinson, sorti en janvier 1993 fait également figure d’outsider à (re)découvrir. Robert Redford, Dan Aykroyd, Ben Kingsley, Sydney Poitier, David Strathairn ou River Phoenix, n’en jetez plus, voilà l’affiche idéal pour apprécier ce captivant thriller politique.

Avant de jeter un œil du côté d’un autre genre porte étendard du « film à stars », impossible de ne pas rendre hommage à Robert Altman et au mythique The Player.

Vertigineux. Plongée au cœur des rouages de la machine hollywoodienne, l’adaptation du roman de Michael Tolkin fait frémir de bonheur n’importe quel cinéphile. Autour d’un Tim Robbins au top de sa forme, se forme donc l’une des plus inoubliables ribambelles d’acteurs jamais vus sur grand écran : Fred Ward, Whoopi Goldberg, Peter Gallagher, Dean Stockwell, Vincent d’Onofrio, Sydney Pollack, Lyle Lovett, Richard E Grant, Gina Gershon, John Cusack, Robert Carradine, Harry Belafonte, Cher, James Coburn, Peter Falk, Jeff Goldblum, Angelica Huston, Jack Lemmon, Elliot Gould, Dennis Franz, Malcolm McDowell, Andie McDowell, Nick Nolte, Julia Roberts, Burt Reynolds, Susan Sarandon, Lily Tomlin, Bruce Willis, Robert Wagner, Rod Steiger, Patrick Swayze. Définitif.

Guerre et western : l’écrin idéal

Alors que Soderbergh réussit l’exploit de faire du vent avec un cast qui ferait baver n’importe quel réalisateur (oui je parle de Contagion), certains ne font pas de cette suite de noms l’intérêt principal du récit et se portent sur la véritable raison d’être d’un film : raconter une histoire. En l’occurrence La Conquête de l’Ouest et ses 4 réalisateurs en est l’un des plus fiers représentants.

Doté d’une infrastructure démesurée, ce monument découpé en 4 segments racontant l’histoire de l’Amérique des Indiens et de la ruée vers l’or est unique à de nombreux égards. Son procédé (le Cinerama), ses figurants : 12 000, son propos, et donc, bien entendu, son casting, synonyme de friandise à cinéphile. Retrouvez donc si vous ne connaissez pas encore ce mythe du septième art : Henry Fonda, Gregory Peck, James Stewart, Eli Wallach, John Wayne, Richard Widmark, Walter Brennan, George Peppard, Karl Malden, Lee J Cobb, Spencer Tracy, Thelma Ritter, Debbie Reynolds. Ah oui, quand même…

L’illustration des grands conflits sont par définition sujets à accueillir une multitude d’interprètes. Apocalypse Now et Platoon viennent bien sûr immédiatement à l’esprit, nous nous intéresserons à d’autres chefs d’œuvres, peut-être un peu vite oubliés…

Le jour le plus long évidemment, narrant le débarquement normand du 6 juin 44, le film dirigé à 6 mains est, 50 ans après, toujours aussi savoureux. John Wayne, Henry Fonda, Bourvil, Robert Mitchum, Richard Burton, Sean Connery, Robert Wagner…Est-ce bien nécessaire d’en rajouter ?

Un pont trop loin sorti en 1977 et réalisé par Richard Attenborough n’a pourtant rien à envier au film précité. Evocation de la plus grande défaite des Alliés dans leur progression vers Berlin, le film, épique et spectaculaire, décroche lui aussi la mâchoire à l’évocation de ses nombreux interprètes : Dirk Bogarde, Sean Connery, Ryan O Neal, Gene Hackman, Michael Caine, Anthony Hopkins, James Caan, Maximilian Schell, Hardy Kruger, Liv Ullmann, Elliott Gould, Robert Redford, Ben Cross, Laurence Olivier… Bref, un vrai régal !

Last but not least, l’un des films favoris pour l’auteur de ces lignes, le merveilleux La Ligne rouge. 20 ans d’absence, l’aura quasi mythique du cinéaste aidant, le tout Hollywood se bat pour apparaitre dans le film de Malick. Mortensen ou Rourke seront par exemple coupés au montage… George Clooney avait lui déclaré à l’époque du tournage : « S’il me demande juste de balayer le plateau, je le ferais ».

Effectivement, le choix des comédiens donne le vertige : Jim Caviezel, Ben Chaplin, Sean Penn, Woody Harrelson, Adrien Brody, Nick Nolte, John Travolta, John C.Reilly, Nick Stahl, Jared Leto, Elia Koteas, John Savage, Kirk Acevedo, Tim Blake Nelson, George Clooney, Thomas Jane, Miranda Otto, John Cusack… Lumineux, philosophique, poétique, immensément beau, La Ligne rouge est probablement le mètre étalon d’un cinéma porté par des acteurs concernés, quel que soit leur degré de notoriété. Indispensable.

Les étoiles brillent toujours…

Inutile de paniquer, il semble que ces caprices de producteurs soient toujours d’actualité en 2012. En tout premier lieu : Fight for your rights revisited, projet d’Adam Yauch, membre de de l’excellent groupe Beastie Boys, réunit une liste de noms à en faire pâlir Hollywood !

Susan Sarandon, Stanley Tucci, Rainn Wilson, Rashida Jones, Will Arnett, Ted Danson, Roman Coppola, Amy Poehler, Alicia Silverstone, Steve Buscemi, Jody Hill, Kirsten Dunst, Maya Rudolph, Orlando Bloom, Will Ferrell, John C. Reilly, Jack Black, David Cross, Chloe Sevigny , Laura Dern, Milo Ventimiglia, Adam Scott, Mike Mills, Mary Steenburgen . Ahurissant ! Sorti en début d’année, on peut rêver d’une sortie française…

Futur projet en date paraissant sur les écrans français le 29 février 2012 : Les Infidèles réunira non seulement une fine équipe de réalisateurs français : Jan Kounen, Michel Hazanavicius ou Fred Cavayé, autant qu’une distribution des plus prestigieuses : Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Alexandra Lamy, Sandrine Kiberlain, Guillaume Canet ou encore Mélanie Doutey.

Une conclusion s’impose, bien qu’elle ne soit pas toujours synonyme de qualité, l’importance accordée à la distribution d’un film semble encore prépondérante pour monter des projets face à certains scénarii ou metteurs en scène pourtant prometteurs. Nous faisons confiance aux lecteurs d’Ecran Large pour continuer à dénicher d’obscures productions et à prendre un ticket pour ces films ne jouant pas le jeu de la promotion auto-révérencieuse…

Bonus dossier : The Banquet

4 réalisateurs et des dizaines d’acteurs se retrouvant bénévolement pour soutenir les victimes de l’inondation du Yangtze en 91, un film inédit en France, et pourtant, un des plus beaux défilés de stars de l’histoire du cinéma asiatique. Si vous ne connaissez pas le film et appréciez le jeu du who’s who, ruez-vous sur The Banquet. Pour vous aider à vous décider, une petite sélection de noms alléchants : Jackie Cheung, Tony Leung, Maggie Cheung, Stephen Chow, Anita Mui, Eric Tsang, Simon Yam, Leslie Cheung, Andy Lau, John Woo, Leon Lai, Aaron Kwok, Gong Li, Sammo Hung, Rosamund Kwan, Tony Leung Ka Fai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :