Poster un commentaire

ZERO DARK THIRTY

1                                                            

Sortie le 23/01/2013
Réalisé par Kathryn Bigelow

Après sa consécration comme meilleur réalisateur pour Démineurs lors de la cérémonie des Oscars 2010, Kathryn Bigelow semble bien partie pour réitérer son exploit eu égard aux dithyrambes déjà entendues chez les critiques d’outre-Atlantique… On se permettra malgré tout plus de retenue devant ce portrait de femme luttant contre tous vents car sans être inintéressante, cette traque de l’ennemi numéro 1 méritait plus qu’un traitement d’actionneer sur son dernier tiers et qu’un simple survol géopolitique de sa problématique. Mention spéciale toutefois pour Jessica Chastain qui ne sacrifie pas son jeu sur l’autel du sensationnel.

Minuit trente : l’heure du crime

Une cicatrice toujours convalescente, une héroïne isolée, un croquemitaine commun à toute une nation et une exaltation patriote à la limite du nationalisme exacerbé; il n’en fallait pas plus pour que l’ex-madame James Cameron parte en guerre contre l’extrémisme religieux du moyen orient… Alors donc que le sixième festival international du film d’Abu Dhabi (tenu fin octobre aux Emirats arabes unis) mettait à l’honneur trois réalisateurs assumants le débat à travers leurs œuvres, qu’en est il du propos des cinéastes d’outre atlantique ?

Ce « Zero Dark Thirty », ce « minuit trente », c’est, en jargon militaire, l’heure à laquelle le commando Navy Seal américain entra en action. L’intervention eut lieu le 2 mai 2011, dans une forteresse pakistanaise… Une forteresse dans laquelle reclus, le terroriste Oussama Ben Laden sera abattu. Mais de ces années de traques, de mobilisations de troupes, de recherches de renseignements, de tortures niées, que reste t’il vraiment, plus de dix ans après, de cette cavale sans équivalent ? C’est ce que souhaite visiblement raconter la metteuse en scène, avec toute l’implication qu’on lui connaît, soutenue par tout un pays comme, on s’en doutait, par l’académie des Oscars…

Consensuelle ou réelle remise en cause du discours officiel ? Quid de cette nouvelle œuvre aussi casse gueule et polémique que prometteuse et captivante ?

ON NOUS ATTAQUE !

C’est donc cette recherche du chef spirituel du réseau djihadiste Al-Qaida, auto-proclamé responsable des dramatiques attentats du 11 septembre 2001 à New York,  qui entrainera l’Amérique dans un conflit de plus de 10 ans. Des montagnes d’Afghanistan aux bidonvilles du Pakistan, c’est pourtant le travail sans répit d’une analyste de la CIA (Formidable Jessica Chastain) que choisit de prendre comme colonne vertébrale du récit la réalisatrice de Strange Days.

Le film de celle qui mît tout le monde d’accord avec Aux frontières de l’aube fait tout d’abord le choix de simplifier sa démarche et d’écrire son parcours en trois actes.  Comme à son habitude, celle-ci imprime dans la rétine du spectateur , et dès la première bobine, certaines scènes assez insoutenables d’actes guerriers (tortures, interrogatoires, attentats). Brûlant pamphlet nécessaire à la compréhension d’une nation qui souhaite faire le deuil d’un traumatisme toujours rougeoyant (et peut-être pour éviter toute chasse aux sorcières meurtrières), Bigelow plonge les quidams que nous sommes en pleine salle d’interrogatoire, quitte a perdre un auditoire peu enclin à tel face à face avec ces exactions. La démarche est brute mais sincère, quoi que peut-être un peu facile… Cette première descente aux enfers, soutenue par un acteur en état de grâce (Jason Clarke est parfait en bourreau aussi impitoyable que tourmenté), laisse donc le spectateur le souffle court, oubliant parfois que cette mise en scène volontairement inégale et frontale (on pense souvent à The Shield) n’existe que pour soutenir l’immersion.

For God and country

C’est malheureusement à ce moment, lors du second tiers, que les partis pris de la réalisatrice montrent leurs limites. Ce passage du documentaire choc au bras de fer bureaucratique entre des instances les plus hautes et cette femme mue par ses certitudes, plombe alors vite le rythme et fait retomber la pression… Passer donc des couloirs dangereux, bruyants, et surpeuplés d’une ville aussi hostile qu’indéchiffrable, à ceux d’un immeuble de bureaux où se joue l’avenir du monde, difficile de soutenir l’attention d’un spectateur alors circonspect.

La cinéaste, comme le cinéphile, connaît la suite de l’histoire et n’attend alors plus qu’une chose. L’explosion de violence qui en découle, l’affirmation d’une suprématie américaine, ici justifiée par un propos assez larmoyant voir rétrograde.
Après donc avoir précipité le spectateur derrière la porte que le gouvernement tachait de maintenir close, la cinéaste mît alors toute son énergie pour expliciter  les différents rouages amenant à la capture du terroriste. Une fois cette mise en abime administrative digérée (James Gandolfini est une nouvelle fois parfait en conseiller du président), il est temps de passer à l’action. Et pour ça, Kathryn Bigelow maitrise son office, Demineurs en est pour témoin.

Délaissant son analyste et la mise en péril de sa carrière pour passer en mode Call of duty  (qui est toujours le jeu vidéo, enfin le produit culturel le plus vendu au monde), Bigelow entame sa conclusion et laisse éclater sa rage. Caméra à l’épaule, score oppressant, vue subjective et lunettes à vision nocturne, on lorgne ici avec de gros sabots vers le final du Silence des agneaux ! Emmené par le souvent efficace Joel Edgerton (Star Wars, The Warrior), l’équipe d’intervention, une demi heure durant, nous donne les palpitations attendues et démontre qu’il ne faut pas voler dans les plumes de l’oncle Sam.

Fable théâtrale et géopolitique en 3 actes alternant avec un certain savoir faire face à face avec les exactions les plus crasses, scepticisme bureaucratique et explosion finale sans surprise mais à la maitrise formelle indéniable, Zero Dark Thirty ne brille pas forcément pas son absence de manichéisme ou par ses multiples niveaux de lecture. Inutile toutefois d’avouer qu’il trouvera à coups sûrs ses aficionados, notamment lors de la prochaine cérémonie des statuettes, la thématique étant déjà gagnée d’avance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :