Poster un commentaire

LES ENQUETES DU DEPARTEMENT V : MISERICORDE

1
Genre : thriller – policier
Réalisateur : Mikkel Nørgaard
Acteurs : NIKOLAJ LIE KAAS, FARES FARES, SONJA RICHTER, MIKKEL BOE FØLSGAARD Durée : 97min
Image : Scope
Son : Numérique 5.1
Editeur/distrib. : ZENTROPA ENTERTAINMENTS / WILD BUNCH
Date de sortie : 27 mars 2015
Site officiel : http://www.misericorde-lefilm.com/presse/

Synopsis : Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Hafez el Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé. Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue, la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant. C’est la naissance du Département V et sa première enquête…

L’AUBE D’UNE NOUVELLE ÈRE

Wild Bunch confirme, avec ce second long métrage, le démarrage de son nouveau service d’e-Cinéma après le lancement fin 2014 de Welcome to New York d’Abel Ferrara. Avec la sortie de MISÉRICORDE (le premier volet des ENQUÊTES DU DÉPARTEMENT V), disponible en VOD le 27 mars: la société tâche d’élargir son spectre de rayonnement et de proposer une alternative intéressante à la distribution cinématographique classique. Pour notre part, nous pensons, en toute humilité et malgré l’engorgement des salles, que la distribution sur grand écran du premier volet puis, pour les cinéphiles alléchés, la possibilité de poursuivre les aventures en vidéo des épisodes suivants eut peut-être été plus judicieux. L’avenir nous dira donc si ces derniers réussiront à vendre au public ce premier volet via ce nouveau système et le second (Profanation) par le circuit en salles le 8 avril. C’est bien entendu tout le mal que l’on souhaite à cet excellent distributeur.

MISÉRICORDE sera donc disponible en e-Cinéma sur la majorité des services de vidéo à la demande : CLUB VIDEO SFR, FILMOTV, GOOGLE PLAY, ITUNES, MYTF1VOD, ORANGE, PLUZZ VAD, VIDEOFUTUR, WUAKI.TV. Une prise de risque louable à l’image du récent Discopath. Fin de la parenthèse

Ces 2 thrillers danois sont ainsi adaptés d’une série de polars à succès écrits par Jussi Adler-Olsen (10 millions d’exemplaires vendus dans le monde). MISÉRICORDE et PROFANATION sont tout simplement les plus grands succès publics et critiques récents au Danemark, tous deux n° 1 du box-office de l’année lors de leur sortie. Retour donc a ce qui nous intéresse, le septième art.

LA VAGUE GLACANTE VENUE DU NORD

Jussi Adler-Olsen pour la plume, Mikkel Nørgaard derrière la caméra (réalisateur, entre autres, de la série Borgen) et le duo Nikolaj Lie Kass (The Killing) et l’excellent Fares Fares (Zero dark Thirty) : voici donc la dream team proposée par Wild Bunch pour ce qui promet d’être (la comparaison est inévitable) le digne rejeton de la série Millenium. Difficile en effet de ne pas penser aux romans et sublimes polars scandinaves. Le metteur en scène confie d’ailleurs, entre autres confessions sur ses inspirations (Fincher, l’inoubliable Dans ses yeux), avoir fait appel au chef-opérateur de l’adaptation suédoise du livre, Eric Kress. Sur le papier, il faut bien l’avouer, la bave monte vite aux lèvres. Mise en scène proche du documentaire (on sent que le Dogme 95 est passé par là), thématiques de vengeance, de claustrophobie ou intrigues tentaculaires faisant la nique au plus blasé d’entre nous (on pense forcément à Broadchurch, Top of the lake ou The Killing) ne sont ainsi que quelques ancres jetés dans l’océan de nos attentes. Quid donc de cet intriguant inconnu venu du froid ?

Même si en toute honnêteté le film n’a pas réinventé l’eau froide (absolument rien ne semble inédit sur grand écran), force est de constater que nous avons à faire ici à du travail soigné. De sa mise en scène glaçante (même les plans fixes ont de la gueule) et bien aidé il est vrai par un chef op’ qui s’éclate ou via ce score aux épaules solides (qui n’en fait trop qu’en survendant les passages mélos) : ce premier film est une vraie belle surprise. Lorgnant du côté des thrillers précités (sorte de Cold Case en plus désespéré) avec la passion palpable de faire du bon boulot, le métrage tâche à l’évidence de soigner chaque aspect de sa réussite avec la même exigence. Techniquement efficace et soutenu grâce à une sobriété bienvenue, Miséricorde transforme l’essai grâce à une écriture tout aussi intelligente. Ainsi, et même si l’on peut regretter un léger écueil au niveau des deux héros (le flic qui a tout perdu foutu au placard et la sous exploitation de Fares Fares qui crève l’écran), le film, si vous voulez bien vous laisser enivrer, risque de vous réserver quelques surprises. Oh pas forcément pour les vieux briscards des salles obscures mais la majorité du grand public risque fort de ramasser sa mâchoire.

PLUS RIEN A PERDRE

Culpabilité, bavures, alcoolisme, famille en lambeaux…L’inspecteur Carl Mørck a tout perdu… Hafez el Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé se montrera lui, in fine, bien plus utile qu’il ne le laisse croire. Désobéissance civile, enquête bâclée ou disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse… Autant de promesses pour un thriller classique qui cherche à nous paumer en plein milieu d’un désert de glace avant de surgir de nulle part pour nous rattraper par la main.

On pourrait, c’est vrai, pester contre un certain manque d’originalité quant à cette disparition sans explication ou la peinture de ce jeune frère handicapé (Ou est-elle ? Et si ce n’était pas un suicide ? Qui est vraiment cet étrange personnage ?). On pourrait aussi imaginer que l’intrigue tiendrait dans un format plus court (le genre d’un épisode de série à 52mn) ou sur l’impossibilité frustrante de parler de l’intrigue policière qui tient sincèrement sur quelque lignes (disparition, détail, enquête, surprise, final)… Mais il serait alors criminel de faire la fine bouche aux vues des dizaines de purges qui pullulent sur grand écran. Ce serait aussi vite oublier la tension palpable, l’ambiance lourde, l’interprétation de qualité ou l’envie de retourner le cerveau Du très classique donc (sans spoiler aucun, vous devinerez TRES vite la fin du film) mais si vous avez aimé des films comme Zodiac, Gone girl ou les séries précitées, vous devriez ne pas regretter vos quelques deniers, ici utilement dépensés, pour ce thriller honnête et réfléchi. Vite la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :