Poster un commentaire

GLUE SAISON 1

1

Genre : Drame / Policier
Réalisateur : Daniel Nettheim, Oliver Blackburn, Cathy Brady
Acteurs : Yasmin Paige, Jordan Stephens, Billy Howle
Durée : 416 min
Musique: Walter Mair
Image : 16/9 – 1.85 :1
Son : DOLBY DIGITAL 5.1/ STEREO 2.0 FRANÇAIS / ANGLAIS
S-T : Français
Editeur/distrib. : Warner Home Video France / Wild Side Vidéo
Date de sortie : 26/08/2015

Film : 3/6
Technique : 3/6
Interactivité : 2/6
Synopsis : Quand le corps d’un adolescent, Caleb, est retrouvé sous les roues d’un tracteur, ses amis craignent de voir leurs secrets exposés aux yeux de tous. La petite bande travaille dans les étables du village, où sont élevés les meilleurs chevaux. Ruth, une fille du coin qui a intégré la police, mène son enquête. Son affaire se révèle bien plus obscure et complexe qu’elle ne l’imaginait…
Broadchurch vs Skins

Création originale de Jack Thorne en 2014, le créateur de SKINS continue avec Glue- saison 1 son exploration du quotidien désabusé d’adolescents britanniques. Déplaçant son propos de Bristol au monde rural des tracteurs et d’éleveurs de chevaux, Thorne tente visiblement de réinviter sa fixette sur les prépubères tout en surfant sur le succès de certaines séries policières frontales : The Killing ou Broadchurch en têtes. Diffusé pour la première fois le lundi 15 septembre 2014, composé de 8 épisodes de 52 minutes et mis en lumière en France lors du récent Festival Séries-Mania au Forum Des Images, Glue saison une narre donc les aventures (enfin c’est beaucoup dire) d’un groupe d’ados quelconques… Passant leur temps à Overton, fictif petit village de campagne anglais, ces derniers tentent de briser la monotonie ambiante entre jeux dangereux (comme sauter dans un silo), fumette et picole. Des ados donc. Ne pouvant ni se lâcher en allant en discothèques (oui ou en boite si vous voulez !), au cinoche, en festival ou la fête foraine du coin, ces derniers développent par contre une amitié entre eux dense et profonde. Partageant ainsi tous les secrets de la bourgade, de la petite fille rom devenue fliquette au trafic de cigarettes en passant par la prostitution ou les courses de chevaux truqués, personne n’est dupe. Tout ce petit monde continuerait ainsi à vivre sa petite existence tranquille si un événement dramatique ne venait pas contrarier le quotidien morne et répétitif du village. Jouant avec des thématiques maintes fois exploitées comme la jeunesse en recherche de personnalité ou l’apprentissage de la sexualité, cette première saison plonge nos têtes blondes en pleine souffrance lorsque l’un d’entre eux découvre sous les roues de son tracteur le corps sans vie du jeune Caleb. Comment est il mort ? Qui est le meurtrier ? D’autres meurtres sont ils à craindre ? Autant de questions qu’il vous faudra découvrir par vous-même en appréciant (ou pas) les 8 épisodes de la série. Pas originale pour un sous (déplacer le scénario d’un meurtre de la ville à la campagne n’a en soi rien de révolutionnaire), Glue n’est pas la claque attendue. Sans pour autant être une purge innommable, plongée dans les secrets d’Overton, là ou les masques de cire friables se fissurent au fil des épisodes.

Du foin, du crottin, des caravanes et des smartphones

L’un des premiers compliments à concéder à la série est son absence de manichéisme. En effet, même si son pitch ne casse pas trois pattes à un canard, force est de constater que cette dernière est parvenue à ne pas nous resservir les sempiternelles soupes fadasses et écœurantes. Pas de twists à répétition ou d’intrigues secondaires tentaculaires (deux tout au plus), pas de mise en scène tape à l’œil ou de bluette insupportable. Dans Glue, les réalisateurs s’effacent pour ne plus se concentrer que sur le principal : le propos. C’est ainsi avec beaucoup d’intensité que le spectateur (re)découvrira les échanges de couples successifs, la recherche d’identité de la mère-flic isolée Yasmin Paige, suivra la jolie Charlotte Spencer vers son rêve de devenir jockey ou comment Billy Howle parviendra à révéler son homosexualité. Rien de bien transcendant il est vrai mais le travail est soigné. Porté par un bande originale au diapason, vous apprendrez ainsi au fil des épisodes la véritable personnalité de ce jeune gamin parti trop tôt, jonglerez entre les quêtes d’identité et celle du meurtrier ou le symbolisme du masque social de Jung. Inutile pour autant de vous attendre à une révolution télévisuelle. Ces 8 épisodes sous forme de thriller psychologique ne devraient pas laisser une empreinte indélébile dans l’histoire de la petite lucarne. Sans personnalité exacerbée, Glue vous séduira par contre grâce à ses caractères bien trempés qui au fil du temps, deviennent un peu de la famille. Comme si on s’engluer (sic) avec eux pour snifer de la colle (sic 2). Souffrant à certains moments du même ennui à la vision du show que nos protagonistes à vivre leurs péripéies, Glue aurait sans doute mérité quelques surprises supplémentaires. Pas sûr en effet que les impatients d’aujourd’hui puissent aller au-delà de deux épisodes (le show a il est vrai perdu les deux tiers de son public en fin de saison). Le créateur de la série a d’ailleurs pris la judicieuse décision de ne pas faire exploser le concept en s’attelant à une seconde saison injustifiée. Entre polar pour les 12/18 et tranche de vie bucolique pour citadins blasés, Glue n’arrive pas à la cheville de la première saison de The Killing par exemple. On vous la conseille toutefois pour enchainer les 8 épisodes lors d’un week-end pluvieux, la distribution et l’écriture étant de qualité. Au moins pour enterrer le mépris d’insupportables bobos et rendre enfin hommage aux courageux qui nous nourrissent au quotidien. Rien de plus.

Image: 3/6
Son: 2/6
Interactivité : 2/6

Liste des bonus :
.Une dizaine de scènes coupées, volontairement ou pas, et chronologiques d’environ 2 minutes : chacune donnant des précisions sur les rapports des adolescents entre eux. Cal notamment est ainsi bien plus présent, provoquant enfin une vraie empathie pour une victime qu’on ne verra quasiment jamais. De 2 mois à 1 jour avant le meurtre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :