Poster un commentaire

FESTIVAL VIVA MEXICO / ITW BARBARA CAROLL DE OBESO ET SOFIA ESPINOSA

FESTIVAL VIVA MEXICO / LE RENDEZ VOUS DU CINÉMA MEXICAIN

Du 6 au 13 octobre, à Paris et pour sa troisième édition: le Festival Viva Mexico confirma son rôle de dénicheurs de talents et fît rayonner la diversité culturelle et créatrice du Mexique. D’une sélection éclectique de courts et longs métrages, table-rondes ou ateliers: cette semaine riche en rencontres fut plus que jamais placée sous le signe de l’échange et de la découverte. Inconcevable donc pour l’équipe de Modzik de ne pas succomber au charme latin de Sofia Espinosa de passage dans la capitale pour nous parler de Gloria, le film événement du réalisateur suisse Christian Keller, en première européenne.

Le film basé sur le destin de Gloria Trevi (la «Madonna mexicaine» à quoi on l’a parfois réduite), explore la relation entre l’icône pop mexicaine des années 80 et son manager Sergio Andrade. À travers le prisme d’une musique chargée de messages provocateurs et politiquement incorrects, le film suit l’ascension de la star, de la période où elle vend plus de 20 millions de disques jusqu’à son emprisonnement au Brésil, après son arrestation par Interpol.

Avant de plonger dans les yeux de Sofia, rencontre express avec Barbara Caroll de Obeso, directrice du festival.

.Barbara, peux-tu te présenter rapidement aux lecteurs de Modzik et nous résumer ton parcours?

Bonjour. Je suis d’origine mexicaine, je vis en France depuis 9 ans. J’ai principalement étudié les Sciences de la communication. Spécialisé en production audiovisuelle, j’ai opté pour l’ingénierie culturelle. Après divers contrats en France et au ministère de la culture au Mexique, j’ai décidé de rester ici car je voulais défendre la création mexicaine contemporaine. Indépendante, j’ai créé avec d’autres bonnes volontés l’association INC FRANCE-MEXIQUE.

.A ce propos, peux-tu nous éclairer sur le fonctionnement de l’association?

Créée à trois mains, le but était de promouvoir ou produire la création contemporaine mexicaine, quelles que soient les disciplines. De nos propres coups de cœur au début, nous avons vite travaillé avec de prestigieux collaborateurs comme la Gaieté Lyrique, le Musée d’Art Moderne de Paris pour mettre en place en 2001, l’objectif Viva Mexico. Tous bénévoles, nous tâchons chaque jour d’obtenir des partenariats ou diverses subventions. Depuis l’année dernière, nous avons grandi pour travaillé toute l’année sur le festival et nous sommes aujourd’hui une équipe d’une dizaine de personnes. Mais on arrive à une cinquantaine de collaborateurs durant le festival!

.Dernière question, peux-tu nous donner ton ressenti quant à cette édition et plus précisément sur le film qui nous tient à cœur aujourd’hui: Gloria?

Déjà la presse est enthousiaste est c’est très important pour nous d’être reconnu comme un festival sérieux. Idem avec le public ou les partenaires qui apprécient énormément notre programmation. Difficile enfin de choisir des chouchous car tous les travaux présentés ici me sont chers, mais l’important était déjà de montrer au public français des films qui n’ont pas de distributeurs ici.Les films d’ouverture et de clôture evidemment, ChronicLa Hora de la siesta par exemple est un film très fort. C’est un documentaire qui nous raconte le décès de 49 enfants lors de l’incendie d’une crèche. Les révélations sont terrifiantes et l’un des parents est ici pour témoigner. Concernant Gloria, la possibilité d’offrir au public un film plus ouvert était une évidence. C’est toutefois une histoire très complexe car Gloria Trevi est une immense star au Mexique.Ce destin qui s’étiole jusqu’à sa chute et qui, pas à pas, se bat pour revenir sur le devant de la scène.

Synopsis. Ce film explore la relation entre Gloria Trevi (icone pop mexicaine des années 80-90) et son manager Sergio Andrade à travers le prisme de sa musique, chargée de messages provocateurs et politico-sociaux. Le film suit l’ascension de la star, de la période où elle vend plus de 20 millions de disques jusqu’à son emprisonnement au Brésil, après son arrestation par Interpol. C’est en prison qu’elle accouche de son fils, avant d’être acquittée de tous ses chefs d’accusation en 2004.

Sofia Espinosa Carrasco, née à Mexico en 1989 est actrice pour le théâtre et la télévision, scénariste et productrice. Après des études à Mexico, New York et en Argentine,elle obtient en 2011 une bourse du FONCA. Sofia apparaît dans plusieurs films «La niña en la piedra» de Maryse Sistach, pour lequel a été nominée aux Ariel pour la meilleure actrice ; «Vete Más lejos Alicia», de Elisa Miller, qui lui a valu le prix de meilleure actrice au Festval de Guanajuato en 2011; elle apparaît également dans plusieurs courts-métrages : «Ver llover», de Elisa Miller, Palme d’Or du Festival de Cannes 2007; « Beyond the Mexique Bay », qui côturait la Semaine de la Critique à Cannes en 2009. Pour « Los Bañistas », de Max Zunino et montré à Viva Mexico: elle est non seulement actrice mais aussi scénariste et productrice.

Entretien avec Sofia Espinosa

.Gloria est le premier long métrage du réalisateur Christian Keller. Un projet accouché à l’évidence dans la douleur puisque il développe ce biopic depuis une dizaine d’années. Pourriez-vous nous raconter comment le metteur en scène vous a proposé ce premier rôle qui, au regard de la popularité de Gloria Trevi dans votre pays, à dû vous faire réfléchir à deux fois avant d’accepter telle responsabilité.

Tout est une question d’intuition. Je connaissais aussi le travail de Sabina Berma, la scénariste, que je savais très intelligente. J’étais donc tout de suite en confiance. Cette histoire est de toute façon tellement forte que j’étais très excitée quand j’ai appris que le metteur en scène souhaitait me rencontrer. Après avoir échangé, j’étais persuadé de son érudition et je considérais comme une chance le fait qu’il soit suisse est donc complètement étranger aux affects inhérents aux mexicains sur cette tragédie. Aucune contamination, de parti pris. Et puis il est suisse non, alors il est neutre (rires)?! Les mexicains, culturellement, ont un vrai penchant pour le mélodrame. C’était donc une chance qu’il tire le film vers quelque chose de différent.

Justement. N’est-ce pas ici le symbole le plus pertinent du visage du cinéma comme des gens? Un peu schizophrène, entre le divertissement assumé de la pop acidulé et une population qui souffre encore aujourd’hui d’avoir regardé ailleurs que dans la chambre… C’est une réflexion que nous avons eu ici il y a une dizaine d’années quand le groupe de rock le plus respecté de notre pays, Noir Désir, a explosé. Des amants maudits, la prison, la célébrité… Le parallèle me parait évident. Non pas au niveau des faits mais de la réception du public. Ici, tout le monde a sa version mais Détroit, son nouveau groupe connaît un succès énorme.

Je suis d’accord. Mais le public est friand de ce genre d’histoires. Quand les stars renaissent tel un Phénix. Pour me préparer, je suis allé voir un concert de Gloria Trevi. Toujours aussi trash, provoc et rock’n’roll, elle diffusait sur la scène des images d’elle en prison! Et elle a encore plus de succès qu’avant! Impossible de nier le voyeurisme mais c’est aussi une manière de surmonter ce passé noir.

.Par ailleurs, j’imagine que Gloria Trevi vous a accordé l’adaptation de son histoire et que vous l’avez rencontrée? Si oui, a-telle eu un droit de regard sur le film?

Moi je ne la connais pas. Mais Christian développe ce biopic depuis 10 ans! Il a multiplié les rencontres et les interviews. Petit à petit, mise en confiance, elle a accepté que le film se fasse et la vente des droits. A la première ébauche, elle refusait cette vision de son histoire. Chemin faisant et suite à une projection publique aux États-Unis, elle est revenue sur ses déclarations et valide aujourd’hui la vision du réalisateur. Elle a quoi qu’il en soit toujours fait partie du projet.

.Dernière question Sofia concernant votre interprétation. Gloria Trevi est une artiste controversée: propos anticléricaux ou pro-avortement au milieu d’un harem de mineures, fuite au Brésil, prison, sexe… Comment avez-vous abordé un personnage aussi dense et tenace. Une esclave moderne d’un homme qui la trompe avec des mineures, lui ment ou dilapide son argent alors que le monde est à ses pieds?

(Elle prend son temps). C’est surtout une histoire d’amour. Inconditionnelle, fatale, désordonnée, viscérale mais qui déborde… Elle s’abandonne totalement et finit à en perdre une part de son humanité… Avant de rebondir, de se ressaisir. C’était en tout cas l’intention du réalisateur. Gloria devant ses choix moraux et professionnels. Pour elle, il n’y avait pas de choix. Il lui était impossible de s’opposer à Sergio, son manager jusqu’à ses années de prison. C’est là que le «phénomène» reprend les rennes de sa vie avant de renaître pour ne plus jamais s’éteindre.

Modzik remercie tout particulièrement les équipes d’Étoile Cinéma et de Inc France-Mexique, Barbara Caroll de Obeso, Ophélie Surelle, Julia Villaseñor Bell et Sofia Espinosa pour leur disponibilité. A l’année prochaine et Viva Mexico!

Propos recueillis le vendredi 9 octobre par Deladerrière Jonathan au Festival Viva Mexico pour Modzik.

Clip de Gloria Trevi / https://www.youtube.com/watch?v=gUVSiGtt2Oo

Rendez vous sur le site www.viva-mexico-cinema.org pour retrouver la programmation, les invités et toutes les informations pratiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :