Poster un commentaire

Jack Reacher : Never Go Back

Jack-Reacher-Never-Go-Back-Images

JACK REACHER: NEVER GO BACK – USA – 2017

Genre : Action / Thriller
Réalisateur : Edward Zwick
Acteurs : Tom Cruise, Cobie Smulders, Robert Knepper, Adis Hodge, Danika Yarosh
Musique : Henry Jackman
Durée :  1h58min

Image : Codec: MPEG-4 AVC Resolution: 1080p Aspect ratio: 2.39:1Original aspect ratio: 2.39:1
Son : English: Dolby Atmos English: Dolby TrueHD 7.1 French (Canada): Dolby Digital 5.1 Spanish: Dolby Digital 5.1 Portuguese: Dolby Digital 5.1
S-T : English, English SDH, French, Portuguese, Spanish
Éditeur/distrib. : Paramount ¨Pictures – Universal Pictures Vidéo
Date de sortie : 19 octobre 2016 en salles

Site officiel: http://www.jackreacher.fr/

Film : 1/6
Technique : 4/6
Interactivité :3/6

Synopsis :Jack Reacher est de retour, prêt à tout pour obtenir justice. Susan Turner, qui dirige son ancienne unité, est arrêtée pour trahison : Jack Reacher ne reculera devant rien pour prouver l’innocence de la jeune femme. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d’État.

TOP GUN… A BOUCHONS

De retour avec le metteur en scène de l’oubliable Dernier Samouraï (déjà dédié à la gloire du grand Tom), adapté du livre éponyme de Lee Child, on navigue en eaux familières (et un peu troubles) pour ce second volet des aventures du badass Jack. Enfin badass…

Formidable acteur malgré de nombreux détracteurs, Tom Cruise a longtemps été LA référence, LE nom. Mais un paquet de nouvelles bobines sont depuis apparues et il n’y a désormais qu’ à se baisser pour que la comparaison scarifie ce bon vieux Tom. Jake Gyllenhall, Ryan Gosling, Léo (le roi), Tom Hardy… Aujourd’hui, celui qui a tourné dans le dernier Kubrick ne tient plus la cadence.  C’est d’ailleurs à ce moment précis que la pression monte. Pourquoi nier l’évidence ? Pourquoi continuer à faire des films d’actions alors que sa palette de jeu parviendrait sans peine à magnifier thrillers, films d ‘espionnages ou suspense? Souvenez-vous pour vous en convaincre du sublime La Firme! Malgré un hallucinant dernier épisode de Mission Impossible, chant du cygne des capacités physiques du bonhomme, on a pour la première fois du mal à reconnaître la star… N’étant déjà plus un Expendable avec 20 ans de moins, on se retrouve souvent mal à l’aise face à la pauvreté, le manque d’impact et surtout les durées faméliques des 2 ou 3 séquences de combat du film. Tout au plus quelques secondes… Aujourd’hui à des années lumières du cinéma d’action asiatique, notamment coréen, le film d’Edward Zwick ne souffre aucune comparaison. Frais, décomplexé, assumé et surtout libre, le premier volet était un petit plaisir coupable à déguster entre amis autour de quelques bières. C’est donc cette réflexion que Tom Cruise aurait dû entreprendre pour ce direct to vidéo de luxe. Ressemblant à s’y méprendre à un téléfilm de seconde partie de soirée, le métrage n’intéresse jamais. Pire, il évolue vers l’embarrassant en accumulant les poncifs jusqu’à s’exclamer :  »non il n’ont pas osé!?», le film se prenant bien trop au sérieux. Ennuyeux à mourir, bourré de clichés et d’intrigues post-it, le film en devient même insultant en saupoudrant son intrigue de faux indices ! Se croyant plus malin que son spectateur cinéphile, la pellicule en devient même agaçante. Le manque de palpitant sur les courses-poursuites ou la fébrilité de la mise en scène sont sans doute parmi les premiers griefs. Mad Max Fury Road est passé par là, le niveau d’écart est inmesurable.

THE LAST ACTION HERO ?

 Rosamund Pike a disparue (sic) et Cobie Smulders ne joue pas dans la même cour. Comme dans Avengers, a chaque apparition, on s’attend à la voir chanter Let’s go to the mall ! On est donc très loin de la partition de Gone Girl. Une vraie et belle erreur de casting. Scénarisé par le réalisateur et deux comparses peu inspirés, n’offrant même pas le plaisir de voir se déshabiller la tout de même jolie Codie : difficile de trouver des qualités au métrage tant ce dernier est lisible dès les 5 premières minutes. Malgré ces efforts pour prendre son spectateur a contre-pieds (bluette ? Parenté ?), le script se noie dans un énième récit 1000 fois exploité. Sur fond de complots et de trafic d’armes, de sociétés militaires privées et de mercenaires eux aussi vieillissants, Jack Reacher Never Go Back ! est simplement barbant et extrêmement mal filmé. Loin de la gifle  Blood Diamond, on ne souffre ici aucun punch, aucune trouvaille formelle ni instant de grâce. Loin, bien loin d’un The Raid 2 par exemple. Comme exprimé plus haut, laborieux, premier degré ou prétentieux, le film n’a aucun intérêt. Tom Cruise devrait donc in fine songer à arrêter la production de films destinés à le glorifier pour réfléchir à des projets érudits et enrichissants. La fin de carrière qui s’annonce est à la croisée des chemins. S’il veut laisser une marque à l’image d’un Jeff Bridges par exemple, les choix à venir seront cruciaux pour ne pas devenir has-been.

John Wic 2 du pauvre où pour la première fois Cruise peine à trouver son second souffle, une évidence s’impose : Jack, never go back !

Image : Profondeur de champ, noir profond : force est de constater que techniquement, c’est inattaquable. Le piqué est assez hallucinant. On a jamais si bien apprécié la couperose de Lestat de Lioncourt

Son : Le son envoi du lourd. Les explosions et rafales aident à rester éveillé. Privilégier la vo et le Dolby Atmos puissant et bien équilibré

Interactivité : Malgré deux heures de bonus, on baigne en pleine promo. Film formidable, acteurs au top… Tout le monde fait de son mieux pour vendre sa série B comme un James Bond. Mais que ce soit les modules sur le retour de Reacher (dont tout le monde se fiche), le fight attendu pendant deux heures sur le toit ou pire, celui sur la famille: on ne peut s’empêcher de survoler tout cela du coin de l’œil. Les séquences de combats chorégraphiés sont par exemple bien plus longues que les scènes elles-mêmes. Une famille « inattendue »? Vraiment ? Si on n’a jamais mis les pieds dans une salle de cinéma peut-être… Deux bons amuses bouches à retenir toutefois avec la featurette sur les confidences de l’acteur et de David James, le photographe de plateau. Le module le plus intéressant reste toutefois celui de la séquence de carnaval en Louisiane, la meilleure idée du film.

Liste des bonus : 

Le retour de Reacher
Pas de pitié : combat sur le toit
Une famille inattendue
Sans répit : sur le tournage en Louisiane
Accomplis ta vengeance : combat à mort
Reacher dans l’objectif : avec Tom Cruise et le photographe David James

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :